De l’amitié

De l’amitié

Où sont passées nos plus belles amitiés :
Celles que nous pensions des plus sincères
Dans le ciel bleu sans nuages annoncés
Dont nous pouvions profiter sans prières ;

Ce que nous partagions nous le vivions
Dans une fraternité intangible
Et rassurante, que nous ne pouvions
Considérer autrement qu’infaillible ;

Nos cœurs se satisfaisaient de la vie
Béate, de ces sourires bénins
Où tout sentiment semblait abonni
Par ces mains tendues qui ne donnaient rien ;

Nous nous sentions compris et soutenus
Dans ces moments creux et insignifiants
Où le vain était des plus assidus
Lorsque nous nous voulions plus exigeants ;

Chimérique aide que tous ces discours
Qui se font entendre ; ostentatoire
Fierté que de parader sans détour
Dans un style des plus péremptoires

Qui n’engage que tous ceux qui y croient ;
C’est dans ces soporifiques alibis
Que ce construisent les mauvaises fois
Pleutres et sans le moindre des repentis ;

Piètre lâcheté face aux difficultés
Qui éloigne comme une épidémie
Les intérêts qui se trouvent entamés,
Menaçant par contagion les esprits ;

La plupart alors s’éloignent, discrets
Pour ne pas se trouver contaminé
Par cette obligation d’être au chevet
De ceux qu’ils n’ont jamais vraiment aimés.


 



Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire