• Accueil
  • > Chronique d’une mort annoncée

Chronique d’une mort annoncée

Chronique d’une mort annoncée

Comme cette plume que je plonge
Dans l’encre de mes idées noires,
L’écriture émaille mes songes
Dans le reflet terni du soir
Où la lumière m’abandonne
A mes dernières illusions ;
Dans cette vérité qui sonne
Le glas de ma toute raison,
De ce jour  venu assombrir
Du poids de la réalité
Tout espoir en cet avenir
Qui se trouve être piétiné
Par l’oraison d’un entretien,
Où l’émoi a anéantie
Tous mes rêves de lendemain ;
Dans une douleur infinie
Que la compassion d’autrui panse,
Que les mots raturés soulagent,
Que la solitude relance
Comme un dernier héritage
D’une nature par trop humaine ;
Par une sensibilité
Qui dans sa cruauté m’enchaine
Au cynisme de ma pensée,
Qui hante le fond de mes nuits
En d’éternels et vieux démons ;
Il entretient mes insomnies,
Annihile ma réflexion,
Réveille la main du bourreau
Qui du haut de sa toute science
Blâme et condamne à l’échafaud
Le maladif, sans repentance.



Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire