Chronique du couple

Chronique du couple

Combien de choses nous mutilent
Quand la vie se charge de peine,
Nous enchaine à tout ce futile
Dans nos préoccupations vaines
En nous éloignant l’un de l’autre :
De cet essentiel à portée
De nos mains tendues, qui se vautrent
Dans nos illusions avortées ;
D’une vie trop courte pour prendre
Le temps d’apprendre à partager
Et d’essayer de nous comprendre,
Dans ce qui peut nous rassembler,
Que nous aurions dû ne pas faire,
Que nous aurions pu retenir,
Qui laisse un léger goût amer,
Comme un coupable repentir ;
Trop longue quand vient la discorde
Et qu’il faut faire le déballage ;
Que tout finit et se saborde
Dans un déconcertant naufrage ;
Quand plus rien ne nous rapproche,
Que l’on ne sait plus quoi se dire,
Voir, toujours les mêmes reproches,
Sans renoncer à nous mentir ;
Combien de ces choses inutiles
Nous détourne de tous nos rêves,
Dans l’inconscience la plus vile
 Qui tout lentement nous achève ;
Dans ces promesses qui nous noient
Sous une douche des plus froides,
Lorsque la réalité croît,
Que l’espérance se dégrade
Et que le vent souffle trop fort
Sur le fruit un peu trop mature :
La nature agit sans remords,
Quand détaché, vient la rupture.

 



Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire