Terre marécageuse

Posté le 7 septembre 2008

Terre marécageuse

Ô toi ! Terre marécageuse,
Nul ne s’approche impunément
De ton immensité fangeuse,
Sans sombrer dans l’envasement ;

Fontaine terreuse, insondable
Lie de l’amertume, breuvage
Sacré devenu imbuvable
Pour des coeurs exempts de cépage ;

Sédiment de l’ostentation
Que ces paroles qui s’enlisent
Dans d’obséquieuses séductions
Que la perfidie divinise ;

Que de promesses restées vaines
Dans les marais propice aux fièvres
Fallacieuses, comme une aubaine
Pour des serments devenus mièvres ;

Mare abyssale et croupissante :
Dans tes évasifs sentiments
Ta fidèlité est troublante
De sablonneux engagements ;

Vertu à jamais empêtré
En ces fonds mouvants qui égard
L’intègre restée embourbé
De moralité en retard ;

Action maculée de souillure,
Dans les eaux boueuses et captieuses :
Subrepticement tu rassures
Dans ta liturgie insidieuse ;

Ondes où se mirent les roseaux
Se courbant malgré leur raideur
Comme s’ils portaient leur fardeau
Au désespoir des saules en pleurs.

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire