De l’aberration

Posté le 7 septembre 2008

De l’aberration

Ô toi profondeur de l’esprit !
Tu te construis un monde ombreux
Pour que l’être au jour, abêtit,
S’isole dans le ténébreux ;

Chaque nuit le sable y prospère
Dans la désolation stérile
 De l’hégémonie d’un désert  
Ne concédant rien au fertile ;

Lueur tu ne pénètreras
Pas les strates de l’ignorance
Que l’ineptie t’opposera
Dans sa quête de somnolence ;

C’est dans l’extatique mutisme,
Ce funeste assoupissement
Au tombeau des idéalismes,
Que fleuri l’endormissement ;

Qu’est-il arrivé aux idées
Pour qu’elles n’y aient plus leur nid,
Pour qu’elles aient ainsi déserté
Un cerveau livré à l’ennui ;

L’âme s’est tue dans l’aphasie
De cet ostracisme raison
Relégué dans la niaiserie
Du fléau qu’est la cognition ;

Ver tu as élu domicile
Au coeur du fruit de l’immortel
En pérénisant le futile
Au rang des sottises éternelles ;

Ô pathétique intelligence !
En perdition et titubante
Dans des pensées en flatulences
Et des réflexions aberrantes.

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire